Le FFEM et la Fondation BioGuiné signent aujourd’hui un accord en faveur du financement durable de la gestion des aires protégées marines et terrestres de la Guinée-Bissau, gérées par l'Institut pour la biodiversité et les Aires protégées, l'IBAP.
Le projet prévoit de sécuriser une première tranche de capital de 5,8 M€

Le FFEM contribue à la fois à la mise en œuvre opérationnelle de la Fondation Bioguiné à hauteur de 400.000 € et investit 1 M€ dans la constitution du capital initial de son fonds de dotation, aux côtés du GEF, de la fondation MAVA et du gouvernement de Guinée Bissau lui-même, à travers les accords de pêche de l'Union Européenne, permettant ainsi de garantir une première tranche de 5,8 M€.

Les revenus générés par ce fonds devraient couvrir une part significative des coûts de fonctionnement du système national d’aires protégées actuel, le reste demeurant couvert par d'autres sources de financement.
Il s'agira de mobiliser ensuite d'autres ressources pour parvenir à un niveau de capitalisation suffisant pour faire face pour faire face à long terme aux coûts récurrents des aires protégées, avec l’objectif d’atteindre 10 millions de dollars US.

La mission de la Fondation Bioguiné

La Fondation Bioguiné existe depuis 2011. Elle est un instrument de financement durable pour la conservation de la biodiversité en Guinée-Bissau en mettant l'accent sur la gestion du Système National d'Aires Protégées (SNAP) et la promotion d'un développement social durable.

Son rôle est de catalyser des actions stratégiques en faveur de la conservation et de l'utilisation durable de la biodiversité en vue d'un développement durable. Elle s’inscrit dans les lignes directrices de la Convention sur la Diversité Biologique et la Stratégie Nationale pour la Conservation de la Biodiversité.

Ses bénéficiaires sont en premier lieu l'BAP, avec lequel elle a renouvelé aujourd'hui un accord, et ses partenaires, notamment les ONG et les communautés locales.

 

Le projet est prévu sur quatre ans, sur la période 2016-2019.

Il comporte deux composantes interdépendantes et une troisième pour valoriser les résultats et les évaluer :

  1. Mise en œuvre opérationnelle de la Fondation BioGuiné, dont une opération pilote d’octroi de subventions appuyée par le FFEM.

  2. Capitalisation initiale du fonds de dotation de la Fondation
  3. Suivi et évaluation de l’opération pilote d’octroi de subventions