En 2016, plus de
2000
voûtes nubiennes bâties
et plus de
3000
tonnes de CO2eq évitées
Le projet de l'Association la Voûte Nubienne (AVN) vise à garantir à des populations rurales africaines l’accès à un habitat durable, adapté et écologique, à très faible empreinte carbone, en agissant à la fois sur des mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique.

Le programme répond aux contraintes imposées par le changement climatique dans le domaine de l’habitat, en incitant à utiliser la terre pour la couverture des constructions dans les zones arides. La technique voûte nubienne (VN) pallie le manque croissant de ressources ligneuses (bois, paille, perches) et limite l’utilisation des matériaux importés comme les tôles, le ciment ou les chevrons en bois.

Les zones ciblées par le programme, le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, sont en situation de risque par rapport aux phénomènes de sécheresse, cause de la baisse des récoltes et des revenus des ruraux, ainsi que des flux migratoires vers les centres urbains. En s’adressant principalement à une population rurale à faibles revenus, AVN propose une alternative à l’unique solution de toiture en tôle actuellement disponible et légale. Il sensibilise ces populations à une nouvelle forme d’habitat de qualité et de confort thermique optimisé par l’utilisation de matériaux à disposition.

Le programme renforce l'entrepreneuriat local en appuyant le développement du marché en zones rurales et semi-rurales, en misant sur des partenaires franchisés et une redynamisation des valeurs culturelles d’entraide locales. Un renforcement des capacités des équipes locales et la précision de la méthode de vulgarisation doivent permettre une meilleure diffusion de la technique VN dans les pays d'intervention et au-delà.

Quels sont les résultats obtenus par le programme Voûte nubienne depuis sa création en 2000 ?

La croissance moyenne du nombre de constructions est d'environ 30%. Plus de 2000 voûtes nubiennes ont été bâties par un réseau de 270 maçons dans plus de 400 localités au Burkina-Faso, Mali et Sénégal, pour près de 14 000 bénéficiaires.

Cela a permis entre autre d'économiser 4000 t de CO2eq, 2600 arbres et de générer une économie locale de plus de 1,4 millions d'euros.

Les résultats sont là, et pour la première fois, le programme semble mature, complet et fonctionnel sous tous ses aspects :

  • une demande aujourd'hui supérieure à l'offre,
  • une méthodologie de vulgarisation à grande échelle fonctionnelle, décrite et maîtrisée par les cadres AVN,
  • une duplication régionale réussie sur 10 régions dont 5 au Burkina-Faso, 3 au Mali, et 2 au Sénégal,
  • l'amorce d'une duplication vers d'autres pays d'Afrique de l'Ouest (Bénin, Ghana, ...)
  • et enfin, la poursuite du soutien de Fondations (Hermès, Ensemble, Accor, Nicolas Hulot, ...) mais également depuis 2012, les premiers partenariats publics d'importance (FFEM et AFD).

Pour autant, le défi reste considérable car pour renverser la problématique de l'habitat en Afrique sahélienne, 5 % de la population devra être touchée. Et pour ce faire, il est impératif d'augmenter rapidement la croissance de production.

Thomas Granier, Directeur général et Co-fondateur d'AVN
Une voûte nubienne à Dano, Burkina Faso
Maçon du programme AVN
Les objectifs du programme d'ici 2020
AVN se retire progressivement du marché qu'elle a mis en place en laissant pour les populations sahéliennes des impacts sociaux à long terme.

Le gros oeuvre du parc bâti Voûte Nubienne est estimé à 12 M€ en 2020 et 40M€ en 2025. Quant à la valeur annuelle du marché autonome de la construction VN, elle est estimée à 4M€ en 2020 pour plus de 100 000 m² de surface utile

Les bâtiments en VN sont plus confortables et plus durables et leur coût global est inférieur d'environ 25 % par rapport aux coûts de constructions conventionnelles. Les économies réalisées par les ménages sont ainsi réinjectées dans les dépenses de santé, d'éducation, etc.

Le programme AVN c'est aussi des dizaines de milliers d'emplois locaux contribuant à la réduction de la pauvreté des populations sahéliennes et au dynamisme des zones rurales.
Une voûte nubienne
La stratégie de changement d'échelle du programme
Le réel changement d'échelle du programme s'opérera lorsque les acteurs de développement s'empareront de la méthodologie de vulgarisation du concept VN et prendront en charge les moyens de la développer.

Un tournant décisif qui est aujourd'hui en train de s'opérer.

Les premières mobilisations des organisations de la société civile et des acteurs politiques locaux vont permettre une amplification réelle du programme en apportant des financements spécifiques, offrant à AVN une place d'opérateur afin de mettre ses activités entrepreneuriales au service de ses missions sociales.

Par ailleurs, grâce à la maturité acquise, AVN a la capacité de mener des activités complémentaires d'appui au marché. Il s'agit en particulier de projets de Recherche & Développement technique (besoins spécifiques sur des bâtiments communautaires et urbains), de formalisation d'une partie des artisans VN, de R&D sur le crédit habitat ou encore de relogement de personnes déplacées.

AVN poursuit donc une évolution qui lui permettra de donner accès à un habitat décent et adapté au plus grand nombre et le plus rapidement possible en Afrique sub-sahélienne.
Kenya-climat-remise-prix-world-habitat-award-AVN
Un programme internationalement reconnu

De nombreux prix ont été décernés à AVN pour ses actions. L'association a été récompensée par la Fondation Schwab, le MEAE et l'AFD, Seed Initiative, le Gouvernement de Dubaï en partenariat avec UN-Habitat, le Development Marketplace de la Banque Mondiale ou très récemment, avec le World Habitat Award de BSHF en 2017.