Loundoungou Parcelle Redescente Peinture Red
Loundoungou Parcelle Red
Sterculia rhinopetala
PFNL
Gorille
Croissance
Le FFEM et l’ATIBT ont signé un accord de financement de 2 M€ pour la mise en œuvre du projet P3FAC, un partenariat public-privé pour gérer durablement les forêts d’Afrique Centrale. Le projet va consolider sur 5 ans de nouvelles données scientifiques sur la dynamique forestière et mobilisera les acteurs publics et privés du secteur autour des résultats de ces recherches en faveur de politiques forestières plus durables.
Les résultats scientifiques sont essentiels pour adapter les politiques forestières
Pour assurer la durabilité de l'aménagement des forêts d'Afrique centrale, il est essentiel de comprendre la dynamique des différents types forestiers grâce à un suivi sur le long terme.

L’objectif du projet P3FAC est de fournir des résultats consolidés d’analyses scientifiques pour améliorer la durabilité des aménagements forestiers en Afrique centrale, tout en préservant  la biodiversité et en fournissant des ressources naturelles pérennes aux populations humaines et aux exploitants forestiers.

Consolider, valoriser et diffuser des résultats scientifiques pendant cinq ans sur cinq pays d’Afrique centrale

Ce projet de recherche cible le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo et le Gabon. Il repose sur un réseau unique de dispositifs implantés au cœur des forêts denses humides tropicales.

Pendant cinq ans, il va évaluer les incidences de l’exploitation forestière sur les massifs forestiers et leur population végétale et animale en élargissant les premiers travaux de recherche déjà conduits dans le cadre du projet DynafFor, que le FFEM a également financé et qui s’achève en 2017.

En plus de caractériser la dynamique dans les différents types forestiers d’Afrique centrale, le projet étudiera les mécanismes écologiques et biologiques affectant la dynamique des populations d’espèces fournissant du bois d’œuvre et des produits forestiers non ligneux (PFNL). Les espèces utiles pour les populations locales seront donc au centre des préoccupations du projet P3FAC.

P3FAC préconisera des outils pragmatiques d’aide à la décision politique
L’objectif de ce projet est de préconiser des recommandations en matière de sylviculture et d’actions d’aménagement adaptées à différents types de forêt.

Les partenaires du projet assureront la diffusion des résultats auprès des décideurs politiques et des administrations nationales, en fournissant des outils pragmatiques d’aide aux décisions.

Le projet P3FAC capitalisera les données scientifiques aux niveaux sous-régional et international, en veillant à partager ces résultats entre les trois bassins tropicaux : Afrique, Amérique, Asie.

Une alliance multi-acteurs public-privé-société civile pour la science et le développement 

L’ATIBT assurera la maîtrise d’ouvrage du projet, en partenariat avec la Commission des forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC). Elle délèguera les activités opérationnelles à l’association Nature+ pour coordonner les activités des partenaires scientifiques, en particulier Gembloux Agro-Bio Tech de l’Université de Liège, spécialisée dans les sciences agronomiques et l’ingénierie biologique et le CIRAD, Centre de Coopération Internationale de Recherche Agronomique pour le Développement.

Un consortium Nature+/CIRAD/Gembloux Agro-Bio Tech sera ainsi constitué en associant les entreprises forestières partenaires. Le consortium s’entourera de compétences des universités et des centres de recherches locaux.

Le coût total du projet s’élève à 8,4 millions d’euros, dont 2 millions sont alloués par le FFEM.

Signature de la convention du projet P3FAC