Couv Fonds Fiduciaire Conservation CFA_FR

Contacter notre service communication

This block is broken or missing. You may be missing content or you might need to enable the original module.
Le financement des actions de conservation et des sites de protection est très souvent bien en deçà des besoins. Si l’on doit s’interroger sur les sources de financement additionnel à mobiliser pour augmenter la mise à disposition des fonds, il est aussi important de questionner les mécanismes qu’il est préférable d’utiliser pour apporter ces financements : comment s’assurer que les fonds apportés sont utilisés à bon escient et de manière efficience ? Comment être à même de garantir des résultats durables avec l’utilisation des financements ?

Etude comparative entre Fonds Fiduciaires pour la Conservation et financement de projet

S’il existe divers instruments destinés à apporter un soutien financier aux aires protégées (AP) et/ou aux systèmes d’AP, une grande majorité des fonds externes sont mis à disposition d’une AP par l’intermédiaire d’une ‘approche projets’. Mais, de plus en plus, le mécanisme ‘Fonds Fiduciaires pour la Conservation’ (FFC) se développe et fait l’objet d’une attention accrue.

Une étude récente commanditée par la Conservation Finance Alliance (CFA) avec le soutien notamment de l’Agence Française de Développement (AFD) et du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) étudie les avantages comparatifs du financement des AP et des systèmes d’AP par le biais d’un mécanisme de FFC et par le biais d’un financement de projet.

Les résultats s’appuient sur un travail d’évaluation globale, des interviews, un sondage en ligne et des études de cas poussées. De plus, des analyses approfondies sur le terrain ont été conduites dans quatre aires protégées afin d’apporter des informations plus détaillées et l’illustration de quelques unes des principales conclusions : le Parc national de la Pendjari (PNP), Bénin ; le Parc national de la forêt impénétrable de Bwindi (PNIB) Ouganda ; le Parc national de Masoala (PNM), Madagascar et la Réserve de Biosphère du papillon Monarque (RBMM), Mexique.

Privilégier la complémentarité des mécanismes financiers

L’étude préconise la réalisation d’une analyse financière complète de l’AP comme étape essentielle afin de déterminer les besoins financiers. Elle analyse également les conditions préalables à tel ou tel mécanisme, évalue les niches spécifiques des investissements projets et/ou FFC par rapport aux différentes phases du cycle de vie d’une AP, examine les coûts de transaction des instruments, et fournit une série de recommandations afin d’élire et de positionner la mise à disposition des financements aux AP de manière la plus efficace et avantageuse.

En fait, ce serait bien la diversification des mécanismes financiers utilisés de manière complémentaire, en synergie et dans le cadre d’une stratégie financière globale en faveur des AP ou des systèmes d’AP qui devrait être privilégié. L’étude apporte un éclairage bienvenu sur ces questions et fournit une multitude d’illustrations et d’éléments d’analyse, apte à informer les décideurs et gestionnaires.