• logo linkedin
  • logo email
Lutter contre la déforestation et la dégradation de la forêt de Miombo de la Réserve Nationale de Gilé (RNG) et sa périphérie en atténuant les pressions qui y sont exercées. Le mécanisme REDD+ est mobilisé, Gilé est un des premiers projets REDD+ pilote du Mozambique.
Contexte

Le Mozambique est un pays riche de biodiversité végétale et animale.
Ce capital naturel est en danger si l’on considère les risques liés à la déforestation, de l’ordre de 0,58% par an entre 1990 et 2004, soit une perte annuelle de 220 000 ha. La province de Zambezia est l’une des plus boisées du pays présentant un type de végétation particulier « la forêt de Miombo ». Elle est aussi l’une des plus exposée à la déforestation (agriculture, mines, exploitation forestière illégale).
La province compte une seule aire protégée : la RNG, qui fait face à une forte pression anthropique dans sa périphérie.
Le Mozambique est l’un des 37 pays sélectionnés pour bénéficier du soutien du Forest Carbon Partnership Facility (FCPF). Le processus REDD+ est coordonné au Mozambique par le ministère en charge de l’environnement (MICOA) et le ministère en charge de l’Agriculture (MINAG). Il se traduit par l’élaboration d’une R-PP (Readiness Preparation Proposal) et d’une stratégie nationale REDD+.
A l’issue de consultations au niveau local et nationale, la Réserve nationale de Gilé (RN) et sa périphérie sont identifiées par la stratégie nationale REDD+ et la R-PP comme site pilote REDD+ potentiel.
 

Descriptif

Le projet comporte quatre composantes principales :

  • Estimer ex-ante le potentiel de REDD+ de la RNG et de sa périphérie en évaluant la quantité de carbone séquestrée dans les forêts de la RNG et de sa périphérie et la déforestation future;
  • Valoriser les réductions d’émission de GES et autres aménités avec l’élaboration d’une stratégie REDD+ et l’engagement d’un processus de valorisation carbone REDD+;
  • Développer des activités pilotes : structuration des communautés en Comités de Gestion Participatifs (COGEP), agriculture de conservation, chasse sportive, écotourisme, développement des groupements d’intérêts économiques (petit élevage, pisciculture, menuiserie…);
  •  Gérer la réserve.
Impacts
  • Evaluer le potentiel d’abattement des émissions dues à la déforestation et à la dégradation. Définir les objectifs de réductions d’émission du projet et en faire l’objet d’une valorisation carbone REDD+.
  • Assurer une meilleure gestion de la réserve et son autonomie financière. Le pilotage, la mise en œuvre du projet, son suivi et son évaluation par des auditeurs externes sont réalisés, via le soutien à une cellule de gestion de la RNG.
  • Réduire la pression sur des ressources naturelles limitées et participer au développement économique du pays et des communautés locales et à leur développement social, par l’intermédiaire de la réduction de la déforestation et de la dégradation des forêts.
  • Lutter contre le changement climatique, en réduisant les émissions de GES liées à la déforestation et également à la protection d’autres composantes (sols, climat local, biodiversité).
  • Mettre en œuvre un modèle d'augmentation de la résilience et d'adaptation face aux changements climatiques.
     
01/01/2012
project start date
31/12/2014
project end date
25/11/2011
project grant date
3 ans
Duration of funding
Gilé
location
financing tool
5 000 000 EUR
amount of the program
2 000 000
EUR
amount of FFEM funding
En cours
status
République du Mozambique
beneficiaries
Agence Française de Développement
institution responsible
ADRA
GoM
KPMG
Ministère du Tourisme
secteur privé
ONG italienne COSV
co-financiers

Chargée de projets – Constance Corbier-Barthaux
Tél : +33 (0)1 53 34 83
corbierc@afd.fr
 

Reportage RFI Parc de Gilé

Retour dans le nord du Mozambique, dans la réserve naturelle de Gilé. Cet espace de conservation de 2 800 km2 est un joyau de biodiversité, aujourd’hui menacé par la déforestation. Pour limiter la dégradation des forêts et lutter contre le réchauffement climatique, une ONG française diffuse des pratiques d’agriculture durables auprès des populations locales avec le soutien du Fonds français pour l'environnement mondial. Des efforts qui portent leurs fruits et que la réserve de Gilé entend valoriser, en commercialisant des crédits carbone.