• logo linkedin
  • logo email
GUYANE Roura Crique Gabriel ©
Réduire la contamination mercurielle dans les Guyanes en éliminant l’usage du mercure dans le secteur aurifère et en contribuant à réduire la déforestation minière.
Contexte

Le secteur minier artisanal et à petite échelle, aussi appelé orpaillage, est responsable de 37 % des émissions globales de mercure. Les Guyanes (Guyane française, Suriname et Guyana), qui ont une diversité biologique très riche, recèlent de vastes zones aurifères, principalement exploitées par des orpailleurs artisanaux à petite échelle. Dans ce contexte, l’orpaillage constitue le plus grand facteur de destruction environnementale dans les Guyanes, principalement du fait des relargages de mercure, tant directs (issus des techniques d’amalgamation fortement consommatrices de mercure) qu’indirects (liés à la déforestation, qui favorise la remise en circulation du mercure naturellement présent dans les sols). Il est également responsable de cas préoccupants de contamination mercurielle chez les poissons et les humains et représente donc un enjeu sanitaire crucial. Malgré des avancées institutionnelles au niveau de chacun des territoires dans les Guyanes, une réelle coordination à l’échelle régionale fait encore défaut et empêche les initiatives actuelles de fournir une vision cohérente de la contamination ou d’aborder efficacement les problématiques liées à l’orpaillage. Le secteur apporte pourtant une contribution essentielle aux économies de subsistance; il représente donc un défi majeur pour protéger la santé humaine et l’environnement des émissions et rejets anthropiques de mercure.

 

Descriptif

Le projet s’organise en trois composantes :

  • Renforcement et coordination régionale des politiques nationales d'encadrement du secteur aurifère. Le projet appuiera la création et la formalisation de deux plateformes multi-acteurs nationales au Suriname et le Guyana et établira une plateforme régionale de coordination. Cette composante inclut en outre des « dialogues d’or » entre mineurs et des analyses pour garantir la cohérence et l’efficacité des Plans d’actions nationaux (PAN) à l’échelle des trois Guyanes.
  • Développement d’un modèle technique et organisationnel d’orpaillage sans mercure. La démonstration et la facilitation de l’accès aux techniques d’exploitation sans mercure sera observé sur 2 générations de sites pilote au Suriname et au Guyana avec un accompagnement technique pour adapter les techniques au cas par cas.
  • Création d’un observatoire régional sur le mercure. La récolte et l’acquisition de données sur le mercure à l’échelle régionale et à l’échelle des sites pilote sera capitalisé sur un outil en ligne pour la diffusion sur des supports adaptés au public visé. La constitution d’un réseau universitaire et analytique régional ainsi que l’autonomisation des populations exposées au mercure seront développés dans cette composante.

 

Impacts
  • Formalisation de deux plateformes de coordination nationales et d’une plateforme régionale multi acteurs
  • Sélection de quatre sites pilotes accompagnés vers les techniques sans mercure
  • Formalisation de deux communautés minières engagées dans le processus de certification d’or sans mercure et sensibilisation de groupes mineurs formalisés majoritaires aux bonnes pratiques et aux pratiques d’exploitation sans mercure
  • Création d’un réseau universitaire et analytique dans les trois Guyanes et d’une plateforme de synthèse et de diffusion des données
Caractère exemplaire et innovant
  • Approche régionale permettant de mieux coordonner les politiques publiques,  de maximiser leur efficacité et de promouvoir la coordination régionale multi-acteurs.
  • Développement d’un modèle d’exploitation d’or sans mercure adapté aux communautés minières artisanales et à petite échelle du Plateau des Guyanes.
  • Mise en place d’une certification or responsable sur des sites pilotes.

 

28/06/2019
Date de début du projet
31/12/2023
Date de fin du projet
20/03/2018
Date d'octroi du projet
4 ans
Durée du financement
Guyana
Localisation
Outils de financement
3 497 964 EUR
Montant du programme
1 037 500
EUR
Montant du financement FFEM
En cours
Statut
WWF France
Bénéficiaire(s)
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Ministère de la Transition écologique et solidaire
Institution(s) membre(s) porteuse(s) du projet

Chargées de projets – Janique Etienne/Diane Menard
Tél : +33 (0)1 53 44 35 04/ +33 (0)1 53 44 60 48
etiennej@afd.fr/menardd@afd.fr

 

 

  • sur la même région