• logo linkedin
  • logo email
Cameroun-Douala -Photo visite_Crédit Fafaadé Lokossou
Avec une approche novatrice, le projet « Douala, ville durable » soutenu par le FFEM intègre les risques climatiques dans la planification urbaine et à rendre ces quartiers défavorisés plus résilients. En raison de l’étalement urbain, les populations précaires de Douala en viennent à s’installer dans des zones humides, mal aménagées et soumises aux inondations.
Contexte

Douala capitale économique et principal port maritime du Cameroun, se caractérise par un relief, une hydrographie et un climat qui l’exposent fortement aux inondations, notamment les fonds de vallées composés de zones humides. Ces dernières sont essentielles pour gérer les eaux pluviales et réguler les îlots de chaleur. Mais une forte croissance et un étalement urbain rapide ont poussé des habitants précaires à s’y installer, les mettant en danger et menaçant ces écosystèmes.

Appuyé par le FFEM, le projet « Douala, ville durable » intègre mieux le changement climatique et le risque d’inondations dans la planification urbaine. Son objectif est aussi d’améliorer la résilience et les conditions de vie des quartiers concernés à travers la mise en œuvre d’une approche innovante sur le site pilote de Maképé Missoké.

Descriptif

Le projet repose sur quatre composantes :

  • Accroître la connaissance et la prise en compte de l’aléa inondation et des effets du changement climatique pour planifier et aménager une ville durable et résiliente.
  • Concevoir et mettre en œuvre un projet pilote de restructuration d’un quartier précaire, centré sur la valorisation d’une zone humide et la résilience aux inondations.
  • Promouvoir et accompagner le développement économique sur le site pilote en s’appuyant sur les activités existantes et en en suscitant de nouvelles rendues possibles par l’aménagement des plans d’eau.
  • Pérenniser le projet et capitaliser pour anticiper la réplicabilité sur d’autres sites connaissant les mêmes problématiques de précarité et d’exposition aux inondations.
Impacts
  • Élaborer un observatoire des effets du changement climatique avec un focus sur les événements pluvieux exceptionnels.
  • Mettre en œuvre du projet urbanistique : viabilisation des voies d’accès, mise en place d’un éclairage public, amélioration de la collecte des déchets, etc.
  • Créer un centre de recyclage, d’un espace coopératif dédié à la vente d’objets recyclés, accompagnement des artisans recycleurs et des maraîchers locaux.
  • Construire une « maison verte », lieu de ralliement, d’éducation et de sensibilisation aux problématiques environnementales et de restauration.

d’autres sites.  

Caractère exemplaire et innovant

Compte tenu des objectifs de l’Agenda 21 de la ville de Douala et des prescriptions du plan d’occupation des sols (POS), le projet porté par le FFEM est particulièrement novateur. Ceci en raison de la prise en considération de la biodiversité urbaine dans ces espaces urbains résiduels, d’ordinaire délaissés. En effet, le quartier concerné a été sélectionné pour sa qualité environnementale et ses capacités à devenir un site pilote, reproductible dans d’autres endroits de la ville.

Par ailleurs, la méthodologie et les aménagements innovants proposés semblent parfaitement réplicables car ils font appel à des montages simples et s’appuient sur les capacités locales. L’objectif est d’influencer les pratiques urbaines actuelles et de protéger d’autres aires naturelles menacées, en particulier en milieu urbain.

01/01/2016
Date de début du projet
31/12/2020
Date de fin du projet
27/11/2015
Date d'octroi du projet
4 ans
Durée du financement
Outils de financement
6 000 000 EUR
Montant du financement
1 500 000
EUR
Montant du financement FFEM
En cours
État
Communauté Urbaine de Douala (CUD)
Bénéficiaires
AFD
Institution(s) membre(s) porteuse(s) du projet
AFD
Communauté Urbaine de Douala
Etat camerounais
Cofinanceurs