FISP-Climat 2018
Le FFEM lance le 5ème appel à projets de son programme FISP-Climat, pour soutenir le secteur privé dans ses innovations dans le domaine du changement climatique, initiées en faveur des pays en développement.

Dans cet appel à projets, le FFEM cible spécifiquement des projets d’adaptation au changement climatique.

 

Plaquette sur la FISP-Climat

Qu'est-ce que la FISP-Climat ?

La FISP-Climat a vocation à promouvoir les innovations dans le secteur du changement climatique, portées par les acteurs privés et développées dans un pays éligible, en partenariat avec des acteurs locaux.

Un effet de levier est recherché par la mobilisation effective des acteurs privés du secteur, mais aussi par l’apport de financements complémentaires des entreprises elles-mêmes ou d’autres investisseurs. La FISP-Climat veillera à soutenir des projets pérennes. Les projets sélectionnés devront s’inscrire de façon durable dans le contexte réglementaire, économique, social et culturel du pays hôte.

Qui peut répondre à l’appel à projets FISP-Climat 2018 ?

Toute entreprise privée, ou consortium incluant au moins une entreprise privée, est invitée à soumettre son projet en remplissant un dossier de candidature en ligne, avant le 4 juin 2018 – 12 h 00, heure de Paris (www.ffem.fr).

Quels sont les critères d’éligibilité des projets financés en 2018 ?

Les projets éligibles à la FISP-2018 intégreront de manière transverse l’enjeu d’adaptation au changement climatique dans les pays bénéficiaires. Seront considérés comme des projets d’adaptation des projets contribuant à l’ajustement des systèmes écologiques, économiques, sociaux et/ou humains, en réponse au changement climatique actuel et futur et à ses effets directs et induits. Les projets considérés contribueront à l’adaptation des processus, des pratiques, des structures ou des techniques pour atténuer les potentiels dommages liés aux effets du changement climatique ou tirer profit des opportunités potentielles liées au changement climatique.

Les thématiques suivantes sont particulièrement ciblées :

  • Agriculture et écosystèmes résilients
  • Planification de la résilience et services climatiques
  • Finance et assurance des risques climatiques.

Les projets incluant des solutions fondées sur la nature ou porteurs de co-bénéfices positifs sur la biodiversité seront privilégiés.
 

Quelles sont les thématiques éligibles ?

Les thématiques suivantes sont particulièrement ciblées :

  • Agriculture et écosystèmes résilients
  • Planification de la résilience et services climatiques
  • Finance et assurance des risques climatiques.

Les projets incluant des solutions fondées sur la nature ou porteurs de co-bénéfices positifs sur la biodiversité seront privilégiés.

Les approches transversales sur plusieurs thématiques sont également éligibles, ainsi que des projets de développement durable ou d’atténuation du changement climatique porteurs de co-bénéfices en matière d’adaptation au changement climatique ou incluant une composante d’adaptation au changement climatique.


 

Quelles sont les zones géographiques éligibles ?

Les zones géographiques éligibles, par ordre de priorité :

  • Pays les moins avancés
  • Pays de la région Afrique et Méditerranée
  • Autres pays en développement

 

Quelles sont les innovations ciblées ?

Les innovations ciblées doivent correspondre à de nouveaux modes d’interventions, procédés techniques, dispositifs organisationnels ou partenariats. Les innovations ciblées doivent permettre de créer de nouvelles dynamiques et de jouer un rôle moteur dans un secteur précis du développement et de la protection de l’environnement mondial.

Les bénéficiaires de la FISP-Climat 2018 sont des entreprises dotées de capacités et d’outils nécessaires à la conduite de processus d’innovation et de concertation avec les institutions membres du FFEM (problématisation, conception, expérimentation, évaluation, capitalisation, diffusion, passage à l’échelle, partenariat pour le développement…) dans des domaines de compétences spécialisés.

Ces entreprises seront sélectionnées sur :

  • leur connaissance du contexte local, avec au minimum une expérience de travail dans les pays en développement ;
  • leur expérience dans la conduite de projets multipartenaires ou ayant conduit à la commercialisation d’un produit ou d’une solution dans le pays d’implantation du projet ou dans un contexte comparable.