PRGDT : Programme régional de gestion durable des terres et d’adaptation au changement climatique au Sahel et en Afrique de l’Ouest

  • logo linkedin
  • logo email
Mauritanie 04 2008_Crédit FFEM Didier Simon (215)
Contribuer à la réduction de la pauvreté dans les pays d’Afrique de l’Ouest et de la zone CILSS, au travers de la promotion de la gestion durable des terres et du renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique.
Contexte

La dégradation des terres touche gravement les pays d’Afrique de l’Ouest qui sont très dépendants économiquement et socialement de l’exploitation des ressources naturelles. Parmi eux, les pays sahéliens, dont les écosystèmes sont les plus fragiles, sont les plus menacés par la désertification.

La lutte contre la désertification a fait l’objet de nombreux plans d’action et documents stratégiques au niveau des pays ouest-africains; des projets ont également permis de valider des techniques de lutte contre la désertification et de montrer leur impact positif, sur les écosystèmes mais aussi sur les systèmes de vie des populations. Toutefois, les zones aménagées sont encore faibles par rapport aux besoins, les processus de dégradation des terres se poursuivent et la sécurité alimentaire des populations est toujours menacée.
 

Descriptif

Le projet s’articule autour de quatre composantes techniques :

  • Mise en œuvre d’un programme d’investissement pour la récupération des terres dégradées pour améliorer la production agro-sylvo-pastorale.
  • Appui à la mise en œuvre du programme d’action sous-régional de lutte contre la désertification en Afrique de l’Ouest et au Tchad.
  • Production et gestion des connaissances et des technologies et renforcement des capacités sur la gestion durable des terres et l’adaptation au changement climatique.
  • Amélioration de la gouvernance des ressources naturelles et de l’adaptation au changement climatique.
  • Planification des actions de gestion durable des terres, sont mises en œuvre et renforcent les capacités de l’ensemble des acteurs locaux dans un certain nombre de communes pilotes. En parallèle, des connaissances sur les conditions techniques, environnementales et socio-économiques de l’amélioration de la gestion durable des terres sont produites, capitalisées et diffusées au sein des différents réseaux d’acteurs ouest-africains.
     
Impacts
  • Développement local, économique et social des pays. Le projet a un impact à court terme sur les revenus des populations qui les mettent en œuvre; et la réhabilitation des terres dégradées, en restaurant la fonctionnalité des écosystèmes, produit souvent à moyen-long terme des effets positifs sur les rendements des cultures, de l’élevage ou sur les services rendus par les écosystèmes.
  • Mettre en place des dynamiques locales de développement portées par l’ensemble des acteurs locaux et de soutenir les partenariats entre collectivités décentralisées du Nord et du Sud. Le renforcement des compétences des communes est un gage de la permanence de la reproduction de la dynamique après la fin du projet.
  • Contribuer à l’environnement mondial par la lutte contre la désertification, en fonction de son approche locale et du renforcement de capacités opéré davantage que pour les surfaces qui sont récupérées.
     

 

01/09/2010
Date de début du projet
31/12/2015
Date de fin du projet
09/07/2010
Date d'octroi du projet
5 ans
Durée du financement
Outils de financement
13 200 033 EUR
Montant du programme
2 000 000
EUR
Montant du financement FFEM
En cours
Statut
CILLS
Bénéficiaire(s)
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Institution(s) membre(s) porteuse(s) du projet
CILSS
CRDI (Centre de Recherche Canadien pour le Développement International)
Union Européenne
Cofinanceur(s)

Chargée de projets – Aurélie Ahmim-Richard
Ahmim-Richarda@afd.fr
 

  • sur la même région