• logo linkedin
  • logo email
Récolter et valoriser la paille de canne à sucre comme énergie renouvelable dans la centrale de cogénération de Terragen, à l'île Maurice.
Contexte

L’enjeu majeur est d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans la production d’énergie de l’île Maurice ; l’objectif fixé par le gouvernement mauricien  est d’atteindre 35% en 2025.
Dans la région Nord, la centrale de Terragen Ltd (70 MW) se penche activement sur l’augmentation de sa part d’énergie renouvelable locale, qui représente actuellement 26% de son mix énergétique. Sa consommation annuelle de 265 000 T de bagasse lui permet d’ores et déjà de réduire son utilisation de charbon importé (188 000 T/an).

L’utilisation de la biomasse totale de la canne à sucre, composée des tiges, des feuilles et des « bouts blancs », n’est pas optimisée. Si la bagasse (70 à 75 % de la biomasse totale de la canne) est entièrement valorisée, ce qui reste en champs, couramment dénommé paille de canne, ne l’est pas encore. De par son taux d’humidité faible (15% en moyenne), cette biomasse est un candidat de choix comme source d’énergie renouvelable. De plus, outre la substitution d’une énergie fossile (le charbon) par une énergie renouvelable, l’utilisation de la paille de canne permet de substituer une source d’énergie locale à une source d’énergie importée.

Descriptif
  • Acquisition des équipements pour assurer la collecte et la manutention de la paille : équipements nécessaires à la collecte de la paille (andaineurs, presses, tracteurs), équipement de décompactage à la centrale, équipements nécessaires au déplacement des balles de paille (chargeurs et remorques).
  • Travaux d’aménagements de la centrale (alimentation électrique, convoyeurs, autres) :  réalisation des travaux pour l’intégration de la paille dans le circuit bagasse,  avec construction d’un hangar de stockage des ballots de paille et l’installation d’un système anti-incendie performant.Les travaux comprennent également l’installation d’un système de dépoussiérage.
  • Essais à échelle industrielle de combustion de paille : durant la campagne sucrière, la paille est collectée en champs, transportée à la centrale, décompactée puis brûlée en chaudière en mélange avec la bagasse.Ces opérations sont suivies et chiffrées afin de déterminer la rentabilité économique du procédé et la viabilité du projet. Les fumées et les cendres de la combustion paille/bagasse sont également analysées.
  • Analyse socio économique : une analyse socio-économique de l’utilisation de la paille comme combustible dans la centrale est réalisée par un consultant indépendant en vue d’un fonctionnement industriel pour la campagne sucrière 2017.
Impacts

Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable avec des retombées bénéfiques pour l’industrie sucrière et l’Ile Maurice.

  • Technique : établir un procédé de collecte de paille innovant, amélioration d’un process industriel pour augmenter sa capacité d’utilisation de combustible biomasse.
  • Environnemental : diminuer l’importation et de la combustion de charbon fossile pour la production d’électricité, diminution de l’impact des rejets carbone, augmentation de la part locale et nationale de production d’électricité renouvelable.
  • Economique : bénéfices pour l’industrie sucrière mauricienne (dans un premier temps) par substitution du charbon importé avec de la biomasse disponible localement, création d’une nouvelle filière locale et nationale de collecte de paille avec création d’activité, diminution d’importation de devise et réduction de la dépendance énergétique, diminution pour l’industrie sucrière des pertes liées aux feux de cannes avec la valorisation de la paille.
  • Social : créer des emplois liés à la filière locale de collecte et de combustion de la paille.
16/08/2016
project start date
30/09/2017
project end date
09/06/2016
project grant date
1 an
Duration of funding
financing tool
2 583 580 EUR
amount of the program
400 000
EUR
amount of FFEM funding
En cours
status
Terragen Ltd
beneficiaries
Ministère de l'Economie et des Finances
institution responsible

Dominique Richard, chef de projet

richardd@afd.fr