• logo linkedin
  • logo email
IMG_0880_©J.Etienne
En déclin, les mangroves jouent pourtant un rôle crucial dans la lutte contre le réchauffement climatique et leurs ressources sont au cœur du mode de vie des communautés riveraines du Costa Rica et du Bénin. En soutenant ce projet de restauration de sites pilotes de mangroves, le FFEM souhaite participer à la capitalisation des connaissances dans ce domaine.
Contexte

Le Costa Rica et le Bénin sont deux pays tropicaux aux larges étendues de zones humides côtières propices aux mangroves, écosystèmes essentiels à la survie d’une riche biodiversité à laquelle elles servent d’habitat. Elles jouent aussi un rôle clé dans l’atténuation des effets du changement climatique. Les communautés riveraines en tirent également de nombreuses ressources indispensables à leur sécurité alimentaire et à l’économie locale. Le réchauffement climatique et l’augmentation constante de la pression anthropique mettent en péril ces écosystèmes fragiles. Entre 1980 et 2006, une perte de 35 % des mangroves a été observée au Costa Rica et un quart de leur superficie a disparu au Bénin. Pour inverser la tendance, ce projet entend à la fois restaurer des mangroves dans ces deux pays et mettre en place les conditions nécessaires à leur gestion durable, par le transfert de compétences entre le Mexique, le Costa Rica et le Bénin, dans une perspective de suivi et de réplicabilité de l’expérimentation. Il appuie aussi la stratégie nationale costaricienne Carbone Bleu Social du Costa Rica, incluant le développe-ment d’instruments de planification qui permettent de mesurer et d’évaluer les bénéfices liés à la préservation des écosystèmes de mangroves, ainsi que d’assurer leur gestion durable. 

Descriptif

Le projet se divise en 4 composantes :

  • Opérer la restauration pilote de 4 sites de mangroves, dont 3 au Costa Rica et 1 au Bénin, en s’appuyant sur un dia-gnostic environnemental complet pour permettre une régénération naturelle.
  • Sensibiliser les communautés riveraines à l’intérêt des mangroves via un programme d’éducation et de soutien à des activités économiques durables liées.
  • Renforcer les capacités institutionnelles du Costa Rica en matière de gestion durable des zones humides côtières à travers le développement et l’adoption de politiques publiques – dont la stratégie nationale de Carbone Bleu Social – et d’instruments de planification.
  • Développer la capitalisation scientifique en associant le secteur académique, et en favorisant l’échange international d’expériences.
Impacts
  • Amélioration des capacités d’adaptation du Costa Rica et du Bénin face au changement climatique grâce à la prise en compte des écosystèmes de mangrove comme instrument d’adaptation.
  • Développement d’une logique de réplicabilité à grande échelle basée sur des échanges de coopération sud-sud.
  • Contribution à l’objectif de neutralité carbone visé par le Costa Rica à l’horizon 2021. 
Caractère exemplaire et innovant

Les activités mises en œuvres dans les sites pilotes et leur monitoring scientifique des mangroves visent la réplicabilité à grande échelle des expériences de restauration les plus concluantes.
Le dispositif de monitoring expérimental proposé par l’Institut EPOMEX participe à cette dynamique particulièrement innovante.

01/08/2017
Date de début du projet
31/05/2024
Date de fin du projet
01/02/2017
Date d'octroi du projet
6,5 ans
Durée du financement
Bénin
Localisation
Outils de financement
6 650 000 EUR
Montant du financement
1 270 000
EUR
Montant du financement FFEM
Achevé
État
Système National des Aires de Conservation (SINAC) du Costa Rica
Bénéficiaires
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Institution(s) membre(s) porteuse(s) du projet
FAO
GIZ
PNUD
GEF
Cofinanceurs