• logo linkedin
  • logo email
CMU_1074_Rodesol_image01
Un opérateur privé (MASCARA) a développé une technologie solaire innovante de dessalement d’eau de mer, adaptée aux contextes techniques et économiques d’exploitation à Rodrigues.
Contexte

2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et 3,9 milliards de personnes, soit 47% de l’humanité, sera sous stress hydrique en 2030 (source OCDE).
Le changement climatique aura dans certains pays, insulaires des conséquences dramatiques qui conduiront à des migrations climatiques vers les centres urbains ou dans les pays mieux dotés en ressources.
Le dessalement par osmose inverse apparait comme une solution, un espoir, pour la satisfaction des besoins croissants en eau de la population mondiale. Le dessalement annuel de 21 milliards de m3 d’eau génère un rejet de 80 millions de Tonnes de CO2 avec une croissance de 10% par an.

Le projet proposé par MASCARA consiste à utiliser son innovation de rupture en matière d’osmose inverse à partir d’énergie renouvelables, visant à dessaler l’eau de mer, au fil du soleil, avec des capacités journalières jusqu’à 1000 m3 duplicables, sans consommation de combustible fossile, sans émission de CO2, avec des coûts de production inférieurs de moitié à ceux des installations conventionnelles diesel de même taille. Le procédé représente un espoir pour l’alimentation en eau potable des populations insulaires qui sont ou seront privées d’eau potable, à moyen terme.

Descriptif

En termes de procédure de suivi est mis en place un comité de pilotage (Quadran / Aerowatt Mauritius / Mascara / Collectivités / FFEM) et mis en œuvre un ensemble d’outils standards de gestion et de suivi de projets :

 

Un outil de gestion de projet (diagramme de Gantt et suivi de budget) sera mis en œuvre, comme dans tout suivi de développement et de réalisation, sur les 20 mois de l’opération ;

 

Une réunion interne / reporting mensuel en phase avant-projet / ingénierie, consultation fournisseur ;
 
Un protocole d’évaluation du fonctionnement et des objectifs du projet 2 mois après la mise en service ;

 

Production d’un mémoire en fin de projet afin de créer un retour d’expérience utilisable pour d’autres projets similaires.
Impacts

Résultats et impacts attendus

• climatique : le projet qui n’émet aucun CO2 en fonctionnement est parfaitement conforme avec l’initiative climat GCWD (Global Clean Water Desalination) Alliance H2O minus CO2 signée le 5/12/2015.
 
• environnemental : rejets à faible salinité et la mise en service d’un équipement industriel de production d’eau potable par dessalement solaire présentant un bilan de zéro émission de CO2 en mode fonctionnement.

• socio-économiques : l’unité OSMOSUN dont l’investissement est pour partie subventionnée permet la production d’eau potable avec de très faibles coûts récurrents (exploitation maintenance) de 30 à 35 cts d’euro/m3. La technologie envisagée permet des coûts d’exploitation de 3 à 4 fois inférieurs, puisque les coûts liés à l’énergie deviennent nuls.

01/01/2017
Date de début du projet
31/12/2019
Date de fin du projet
07/03/2017
Date d'octroi du projet
3 ans
Durée du financement
Rodrigues
Localisation
Outils de financement
676 000 EUR
Montant du programme
184 000
EUR
Montant du financement FFEM
En cours
Statut
Société Mascara
Bénéficiaire(s)
French Ministry of Economy and Finance
Institution(s) membre(s) porteuse(s) du projet
Autres partenaires
Cofinanceur(s)

Objectifs

Le projet vise la réalisation d’une unité de dessalement solaire d’eau de mer de 80 m3/jr, son suivi pendant un an et la formation du personnel qui assurera l’opération et la maintenance après une année de suivi.

 

Le dessalement par énergie solaire est envisagé pour réduire les coûts et l’impact environnemental liés aux groupes électrogènes.

 

Le projet permet de révéler une approche technologique adaptée au contexte de faible capacité logistique, technique des collectivités insulaires isolées et surtout par l’utilisation de l’énergie solaire, de les affranchir de l’approvisionnement régulier en combustible fossile, le plus souvent inaccessible à ces collectivités.