« La possibilité d’échanger augmente notre capacité d’innovation » témoignage de Zdenka Piskulich

publié le 30 Octobre 2019
  • logo linkedin
  • logo email
Brésil © Ph Chardonnet
Ces vingt dernières années, le réseau des fonds fiduciaires de conservation latinocaribéens RedLAC a servi de plateforme pour inspirer des réflexions innovantes autour des mécanismes de financement. En réunissant différents fonds fiduciaires autour d’enjeux communs, ce réseau a favorisé un échange d’expériences bénéfique.

Zdenka - Portrait © Costa-Rica Por Siempre  Zdenka Piskulich, présidente du réseau de fonds fiduciaires de conservation latino-caribéens RedLAC

Le FFEM participe actuellement à son 21e congrès annuel qui se tient du 29 octobre au 31 octobre à Mérida au Mexique. A cette occasion, témoignage de Zdenka Piskulich, présidente de RedLAC :

" Les fonds fiduciaires pour la conservation d’Amérique Latine et des Caraïbes ont été à l’avant-garde de la finance de conservation, en créant un pont entre les secteurs privés et publics. Ils ont permis d’établir des modèles innovants qui vont du paiement pour service écosystémique aux crédits carbone, en passant par les financements mixtes, les investissements d’impact, les systèmes de compensation ou les Projets de finance permanente. La possibilité d’échanger et d’apprendre les uns des autres fait tomber des barrières communes, accélère notre apprentissage et augmente notre capacité d’innovation. Le résultat : les projets ont plus d’impact et de meilleures pratiques de conservation. "