• logo linkedin
  • logo email
The FoFauPopU project featured on “La Terre au Carré”
La Terre au Carré de France Inter a consacré une émission au thème de la déforestation importée, autour de 2 partenaires du FFEM : Sabrina Krief, primatologue au Muséum d’Histoire naturelle, qui met en œuvre le projet FoFauPopU en Ouganda, soutenu par le FFEM, et Nicolas Salaün, en charge du programme de petites initiatives (PPI) au Comité français de l’UICN, programme également soutenu par le FFEM.

L’émission de La Terre au Carré du mercredi 13 janvier, en partenariat avec le Comité Français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), représenté par Nicolas Salaün, était dédiée à la déforestation importée. Il s'agit de l’ensemble des biens importés dont la production a contribué à la déforestation ou à la conversion d'écosystèmes forestiers naturels à l’extérieur des frontières. La responsabilité française vis-à-vis de ce coût invisible a été évoqué, ainsi que la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée. Pour Nicolas Salaün, « derrière chaque produit que nous achetons, il faut imaginer qu’il y a parfois une forêt ».

La déforestation affecte particulièrement les populations de grands singes, en réduisant fortement leur habitat. Cela peut entraîner des conflits hommes-faune, comme c’est le cas en bordure du Parc National de Kibale en Ouganda. Sabrina Krief, primatologue au Muséum d’histoire naturelle, travaille sur ce territoire dans le cadre du projet FoFauPopU (Forêt, Faune, Population en Ouganda), soutenu par le FFEM. Elle y suit une population de chimpanzés et observe les nuisances qu’ils causent en dérobant de la nourriture dans les champs situés aux alentours du parc naturel. Or, les intrants chimiques utilisés dans les plantations affectent la santé des animaux : une grande partie des chimpanzés souffre de malformations faciales et de problèmes de stérilité. De plus ces contacts inter-espèces fréquents favorisent la diffusion d’agents pathogènes et l’émergence de zoonoses.

Le projet FoFauPopU a pour objectif de limiter ces conflits et plus globalement de garantir à la fois la protection de la biodiversité et le développement socio-économique du territoire. Pour cela, un renforcement de la gouvernance des communautés riveraines du parc est nécessaire. Des mesures sont mises en œuvre pour limiter les incursions des singes dans les cultures et le braconnage. Enfin le projet accompagne le développement d’une agriculture sans pesticides aux abords du parc, favorisant les parcelles modestes qui peuvent être plus facilement surveillées. 

Le projet FoFauPopU à l’honneur dans l’émission « La Terre au Carré »

à lire aussi